Comment installer un revêtement en fibres naturelles ?

Comment installer un revêtement en fibres naturelles ?

mars 7, 2020 0 Par admin

Sisal, jonc de mer, fibres de coco, jute, chanvre, les revêtements en fibres naturelles permettent de multiples possibilités pour décorer les sols et les murs. En plus d’être résistants, ils offrent une bonne isolation phonique et thermique.

Les revêtements en fibres naturelles sont parfaits pour donner à son home sweet home un air de campagne et apporter cette touche esthétique qui personnalisera vos intérieurs. Résistants, isolants thermiques et phoniques, ces revêtements peuvent convenir aux personnes allergiques et constituent un bon investissement sur le long terme. Parmi les plus répandus, se trouvent le jonc de mer et la fibre de coco qui conviennent pour toutes les pièces de la maison, le jute, le chanvre et le sisal, aussi très costaud, cependant, ce dernier ne convient pas aux lieux de passage, car il n’apprécie pas les taches et sera plus délicat à nettoyer, il trouvera sa place dans un bureau ou une chambre.

Les revêtements en fibres naturelles existent aussi pour les paille japonaise ou paille de Chine, fibre de coco, raphia, abaca, rotin tressé, feuilles de palmier, il existe une multitude de possibilités qui sont aussi de bons isolants phoniques et permettant aussi de camoufler les fissures et irrégularités du mur. 

Les étapes pour installer un revêtement en fibres naturelles

Avant d’installer le revêtement en fibres naturelles, vérifiez que votre sol soit droit avec un niveau à bulle. Sinon, vous devrez le remettre à niveau avec un ragréage ou en y installant une thibaude (un tissu grossier placé sous un tapis ou une moquette). La pose d’un revêtement en fibres naturelles au sol est assez semblable à celle de la moquette : il faut de la colle et bien veiller à sa bonne adhérence.

  • Commencez par dérouler le revêtement, puis à le centrer par rapport aux quatre murs de la pièce.
  • Repliez les bordures du revêtement le long des murs et coupez le surplus au cutter en vous aidant d’une règle afin que la découpe soit parfaitement droite.
  • Repliez la moitié du revêtement sur lui-même, puis encollez le sol à la spatule avec de la colle acrylique.
  • Une fois le sol encollé, dépliez le revêtement au fur et à mesure, puis marouflez-le avec une brosse afin qu’il adhère parfaitement au sol et faites de même pour l’autre moitié du revêtement.
  • Si vous remarquez des bosses ou des bulles d’air, éliminez-les en les tapotant avec un maillet.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

Une maison… fleurie !  Plus de 100 millions de fleurs de quelque 70 variétés différentes — selon le site officiel du jardin. Le Dubai Miracle Garden, comprenez le jardin miraculeux de Dubai, est aujourd’hui le plus grand jardin de fleurs du monde. Ici, les fleurs sont partout. Au sol — sur des parterres aux formes insolites —, sur des sculptures, sur le mur d’enceinte et même sur un Boeing. Et bien sûr aussi, sur les façades des maisons. Un brin de gaité au cœur du désert et ce, quelle que soit la saison. Car les jardiniers locaux modifient les compositions en fonction. © dvoevnore, Shutterstock 

Une maison durable  Dans les milieux autorisés, on qualifie de earthships, des maisons construites à base de pneus, de bouteilles et autres déchets. Elles doivent également être autonomes en énergie, en eau et si possible, en nourriture pour leurs habitants. Le concept a vu le jour en 1969, de l’imagination de Michael Reynolds, un architecte américain. Ainsi, le premier earthship a été construit dans le désert du Nouveau-Mexique (États-Unis). Aujourd’hui, on en trouve environ 1.000 en divers endroits des États-Unis et aussi en Europe. © IrinaK, Shutterstock 

Une maison en bois sur l’île de Bali  L’Indonésie est un pays surprenant à plus d’un titre. D’abord parce qu’il se constitue de près de 13.500 îles. C’est le plus grand archipel du monde. Ensuite, parce que sa diversité culturelle est étonnante. Une diversité que l’on retrouve dans l’architecture des maisons locales. L’Indonésie compte 33 provinces et chaque groupe ethnique possède sa propre architecture traditionnelle. Cette maison hors du commun en particulier a été construite sur l’île de Bali. Elle est faite de matériaux classiques tel le bois. Mais son aspect semble plutôt vouloir se tourner vers le futur. Un résultat à mi-chemin entre tradition et modernité. © Cocos.Bounty, Shutterstock 

Une maison à partager  Au Vietnam, ce type de maison est appelé Rong house. Elle est le fait de groupes ethniques minoritaires vivant dans le nord des hauts-plateaux. Construite au cœur du village — ou plus exactement traditionnellement, première construction d’un village —, la Rong house constitue une véritable maison commune. Par le passé, elle constituait un abri en cas d’attaque. Il s’y déroule aujourd’hui encore des cérémonies ou des festivals. On y prend des décisions importantes et elle sert même de cours de justice. Pour les rendre visibles de loin, on les surélève et leur toit peut monter jusqu’à 30 mètres de hauteur. © withGod, Shutterstock 

La maison à l’envers  Cette maison à l’envers est l’une des attractions touristiques du Centre d’éducation et de promotion régionale de Szymbark, en Pologne. Pour la petite histoire, ce centre abrite par ailleurs la plus longue planche en bois du monde ! Pas moins de 36,83 mètres. Mais pour revenir à cette maison insolite, sachez qu’elle symbolise la chute du communisme dans le pays. Sa construction a pris cinq fois plus de temps que la construction d’une maison classique. L’entrée se fait par une fenêtre du toit et l’intérieur est décoré selon la tradition socialiste des années 70. © GreatFocusPhotography, Shutterstock 

La maison du futur sera en bois  Cette maison — construite quelque part à Moscou (Russie) — a beau présenter un design futuriste, elle n’en est pas moins faite de bois. Mais, si dans les esprits, le bois apparaît parfois encore comme un matériau de construction ancien, il est aussi un matériau naturel et renouvelable. Des qualités qui devraient lui permettre aujourd’hui de revenir sur le devant de la scène. D’autant qu’en France, la ressource est importante. Encore faudra-t-il dépasser le syndrome des trois petits cochons et abattre quelques barrières psychologiques. © vaalaa, Shutterstock 

Une maison tout droit sortie de la 4e dimension  Zaandam est l’une des villes les plus touristiques des Pays-Bas. Et elle abrite quelques particularités architecturales parmi lesquelles, cet étrange hôtel situé à côté de la gare. Sa construction a été achevée en 2010 et il n’est ni plus ni moins que l’enchevêtrement de 70 maisons traditionnelles de la région. Des habitations de modestes paysans tout autant que des maisons de propriétaires plus aisés. Et si l’une d’entre elles est bleue, c’est pour le clin d’œil à un tableau de Claude Monet, peint alors qu’il séjournait dans le secteur. Côté standing, notez que l’hôtel est un 4 étoiles et qu’il promet donc des prestations de haut niveau. © InnervisionArt, Shutterstock 

La maison du rocher  La Casa do Penedo — ou, en Français, la maison du rocher — se trouve dans le nord du Portugal. Elle a été construite dans les années 1970 autour de quatre énormes rochers trouvés sur place. De quoi l’intégrer parfaitement au paysage. D’abord maison de campagne, son originalité a rapidement attiré un nombre grandissant de curieux. Aujourd’hui, elle est protégée des dégradations (fenêtres pare-balles et métal ultrarésistant pour renforcer la porte). Et bien qu’un champ d’éoliennes se soit construit tout autour, elle n’est pas alimentée en électricité. © StockPhotosArt, Shutterstock 

Une maison volcanique  La Cappadoce est une région de la Turquie qui présente cette particularité d’être recouverte de tuf. Au fil des millénaires, les vents et la pluie ont creusé cette roche volcanique généralement tendre. Et pas seulement les vents et la pluie. Les hommes aussi. Pour se bâtir des habitations à même la roche. Comme celle que l’on découvre sur cette photo. Des habitats incroyables, de tailles et de formes variées. Notez que depuis 1985, la région est inscrite sur la liste de l’UNESCO des sites protégés du patrimoine de l’humanité. © zebra0209, Shutterstock 

Une maison qui enjambe la Seine  Le Vieux Moulin de Vernon (Eure) est un ancien moulin à eau. Sa particularité ? Il a été construit — probablement au XVIe siècle — à cheval sur deux piles d’un ancien pont sur la Seine — datant, lui, plutôt du XIIe siècle. Durant la Seconde Guerre mondiale, il a été endommagé par les bombardements, mais la commune de Vernon a choisi de le sauver. Cette pittoresque maison à colombages est aujourd’hui le symbole de la ville. Et l’un des rares bâtiments demeurant sur un pont en France. © JaySi, Shutterstock 

Une maison et des sapins  En Norvège, on trouve beaucoup de maisons en bois, peintes aux couleurs vives. Les toits, quant à eux, sont généralement pentus afin d’éviter que la neige s’y accumule. Et ils sont recouverts d’ardoise particulièrement résistante, mais aussi facile à remplacer. Par le passé toutefois, les Norvégiens avaient pour habitude de faire pousser de l’herbe sur leurs toits. Ceux-ci en effet étaient constitués d’écorce d’arbres et le gazon permettait de les stabiliser. Tout en isolant la maison. Une idée poussée à son paroxysme ici… © Master1305, Shutterstock 

Une maison en forme de chaussure  Cette étrange maison en forme de chaussure — connu des touristes sous le nom de Haines Shoe House — a été bâtie en Pennsylvanie (États-Unis) en 1948 de la volonté d’un fabricant de chaussures, Mahlon Haines. Dans l’orteil, on trouve un salon, dans le talon, la cuisine, dans la cheville, deux chambres et dans le coup de pied, un magasin de glaces. Mahlon Haines n’a jamais habité cette maison, mais l’a longtemps mise à la location ou à disposition pour des gagnants de concours. Son objectif : marquer les esprits avec cette étonnante publicité pour son entreprise. © George Sheldon, Shutterstock 

Le palais idéal du facteur Cheval  Joseph Ferdinand Cheval était facteur dans la Drôme. D’où son surnom de facteur Cheval. Et il a passé 33 ans de sa vie — quelque 10.000 journées et 93.000 heures — à bâtir à Hauterives, dans le jardin de sa maison, son palais idéal. Une œuvre de 12 mètres de haut et de 26 mètres de long édifiée de ses propres mains avec des pierres ramassées sur les chemins de ses tournées et assemblées à grand renfort de chaux, de mortier et de ciment. La construction de ce palais idéal a été achevée en 1912. Et en 1969, il a été classé au titre des monuments historiques. © MagSpace, Shutterstock 


Huile de CBD peut aider pour vos maux. Visite HuileCBD.be


 
Lire Plus